Réutilisations

Cartographie des places de parking des Personnes à Mobilité Réduite grâce à la démarche OpenData de Nevers / Nevers Agglomération

Cartographie des places de parking des Personnes à Mobilité Réduite grâce à la démarche OpenData de Nevers / Nevers Agglomération

Comment est né le projet de Nevers et Nevers Agglomération de cartographie des places de parkings des Personnes à Mobilité Réduite ? Quels sont les impacts de la démarche OpenData dans leurs structures ?

Nous souhaitons donner la parole aux expérimentateurs de l'OpenDataLocale (ODL) sur leur avancement dans cette expérimentation. Ce témoignage est dans l'esprit de l'expérimentation : favoriser le partage d'expérience, la transparence... mais aussi de faire connaître cette démarche et promouvoir les acteurs engagés dans cette démarche.

Questions à…  

Alain Bourcier, vice-président en charge du numérique de Nevers Agglomération

Jérémie Nestel, coordonnateur des innovations numériques, Nevers et Nevers Agglomération

Sandrine Cochet, chargée de projet, Nevers Agglomération

 

Pourquoi votre structure s’est-elle lancée dans l’expérimentation l’Open Data (OD) ?

Alain Bourcier considère « que pour la stratégie numérique de l’agglomération de Nevers, il est fondamental de mener une politique smart city qui s’appuie sur l’Open Data, car dans la ville intelligente la donnée et le traitement de la donnée sont indispensables. La politique Open Data de l’agglomération, en lien avec les partenaires privés, permet d’avoir une réflexion globale sur le partage de la donnée. L’Open Data préfigure une politique de nouveaux usages et un atout pour le développement économique. »

 

Quels bénéfices retirez-vous de votre participation à l’expérimentation Open Data Locale (ODL) ?

Par l’expérimentation OpenDataLocale, nous bénéficions d’un travail collaboratif, des possibilités d’échanges avec un groupe d’acteurs bien défini sur des problématiques multiples et diverses. Par exemple, sur la publication des délibérations, il y a de fructueux échanges de bonnes pratiques, qui fournissent des réponses concrètes pour cette publication. Par ailleurs nous bénéficions des travaux d’OpenDataFrance (ODF) sur la normalisation des données du Socle Commun de Données (SCD), qui forme une base solide pour mettre en forme les données à publier, grâce aux commentaires de tous les contributeurs. Ce réseau d’interlocuteurs et de partenaires est vraiment utile pour échanger sur des problématiques communes et se sentir moins seul dans cette démarche ! On s’aperçoit que les autres se posent les même questions, c’est rassurant !

 

Quels sont les impacts de l’évènement du 16 mars 2017 qui s’est déroulé à Nevers ?

Cette journée a permis que les enjeux autour de l’OPEN DATA soient compris par l’ensemble des services de l’agglomération de Nevers et de son réseau de partenaires présents ainsi que les

Elus de l’Agglomération. Elle a favorisé le lancement de notre démarche OPEN DATA et une meilleure compréhension des services pour collaborer avec eux autour de l’identification des différents jeux de données. De fait pour les élus, elle leur a également permis d’identifier les jeux de donnés qu’ils avaient ou non envie de libérer.

 

Puis, concrètement, cette journée a permis de démarrer de nouveaux projets. L’élu chargé du handicap, M Barsse s’est emparé du sujet de l’OD pour améliorer l’accessibilité des personnes handicapées aux services publics. Nous sommes en train de réaliser une carte d’identification des places de parkings publics pour Personnes à Mobilité réduite (PMR) avec leurs caractéristiques. En parallèle, nous effectuons aussi ce travail d’identification des places PMR sur le domaine privé, grâce à des partenariats. Pour aller plus loin et valoriser ces données, nous projetons de réaliser des circuits de circulation entre les places PMR et les entrées de bâtiments publics selon les types de handicap. L’idéal serait de pouvoir proposer ensuite une application web de ce service, à destination des citoyens.

 

Quelles difficultés rencontrez-vous dans l’ouverture de vos données ?

Une difficulté rencontrée est que le travail de libéralisation de certains jeux de données peut être perçu comme un travail fastidieux, apportant peu de résultat en terme d‘exploitation à court terme.

Les finalités de la démarche OPEN DATA  sont à court terme difficilement perceptibles. Cela influe sur la capacité à partager une stratégie de la donnée.

Il existe une difficulté plus technique : le fait de pouvoir récupérer des données hébergées chez des prestataires. En effet, il est demandé à la collectivité de payer ses prestataires pour réaliser des extractions des données des logiciels métier ! Dans le cadre de marché public ou de délégation, il est nécessaire de veiller à la rédaction soigneuse du cahier des charges afin de pouvoir par la suite récupérer facilement et sans surcoût les données.

 

Que conseilleriez-vous à une collectivité qui souhaiterait ouvrir ses données ?

Etre extrêmement vigilant sur la rédaction des cahiers des charges afin de récupérer les données ! C’est un exemple concret sur la valeur de la donnée. La politique OD s’est aussi comprendre que la donnée a de la valeur.

Nous conseillons aussi de réfléchir aux usages de la donnée, de fédérer son écosystème pour regarder s’il y a des besoins en terme d’ouverture des données propre à son territoire, d’identifier deux- trois projets d’usages qui peuvent allier agents/ élus/ entreprises pour une démarche inclusive et reconnue, qui aient une faisabilité et une visibilité immédiates.

 

En quoi Territoires Numériques / IDéO vous aide dans cette démarche d’ouverture ?

Territoires Numériques/ IDéO BFC nous accompagne au long de ce processus d’ouverture de données : dans l’organisation de la journée du 16 mars, dans les démarches à suivre… Nous pourrons aussi bénéficier d’un portail mutualisé de diffusion de données.

 

En savoir plus

Retour à la liste

Dernière mise à jour le 30/11/2017