Réutilisations

Constituer un socle de données 3D

Constituer un socle de données 3D

Le Grand Dijon constitue un socle de données 3D grâce en combinant des données d'orthophotographie, de Modèle Numérique de Terrain (MNT) et un Modèle Numérique d'Elévation (MNE) de qualité.

1. Qui êtes vous et quelle est votre fonction ?

Guillaume FENICE, Grand DijonGuillaume FENICE, responsable service SIG.

2. Quelle est votre problématique ?

Le Grand Dijon souhaite depuis 2 ou 3 ans mener un projet d'acquisition de socle de données 3D.
L'objectif de ce projet est d'acquérir et constituer un patrimoine de données 3D de qualité, pérenne, interopérable, à un coût maîtrisé et de manière coordonnée sur l’ensemble du territoire du Grand Dijon.

3. Comment l’avez-vous résolu ?

Pour mener à bien notre projet, nous utilisons des données de bases que sont une orthophographie haute résolution, haute précision avec des conditions de recouvrement bien spécifiques ainsi qu'un Modèle Numérique de Terrain (MNT) et un Modèle Numérique d'Elévation (MNE) de qualité.
Par ailleurs, des levés terrain sont nécessaires en fonction du "Level of detail" (cf cidessous). Certains existent déjà en interne au Grand Dijon mais il en faudra certainement d'autres réalisés spécifiquement.
Côté logiciels, les outils SIG bureautiques traditionnels ne suffisent pas, c'est pourquoi, nous sommes en cours d'acquisition spécifique. Il s'agit de Rhinocity qui est un plugin de Rhinoceros dédié à la modélisation réaliste de terrains et de villes en 3D. Il s'agit d'une solution novatrice permettant de créer aisément des maquettes 3D texturées à partir de données réelles telles que des courbes de toit, des images aériennes, des nuages de points ou des fichiers cadastraux.

4. Comment GéoBourgogne vous a aidé ?       

GéoBourgogne nous a permis d'acquérir l'orthophotographie et le MNT correspondant aux caractéristiques nécessaires à la production de données 3D en LOD2. Nous avons également pu acquérir un MNE dans le cadre d'une commande seule avec Aérodata.

Par ailleurs, le contrôle des données assuré par INGEO, coordonnée par léquipe de GéoBourgogne, nous a permis de nous assurer de la faisabilité de notre projet.               

5. Quel résultat avez vous produit ? Quels ont été les bénéfices pour votre structure et pour les utilisateurs ?

Le projet a été validé en direction générale, le marché est lancé.
                Dans une démarche d’optimisation des coûts et de création de valeur pour l’ensemble de la collectivité, ce SIG 3D se voudra encore plus transversal qu’actuellement. C’est-à-dire qu’il sera au service aussi bien des usages techniques de précision que des autres usages (environnement, énergie, communication, urbanisme, etc…).
                Concrètement, cela se traduit par la modélisation des quelques 68 000 bâtiments du territoire communautaire en Level of Detail 2 (LOD2*) ainsi que la modélisation d'un quartier pouvant couvrir jusqu'à 2 ha en LOD3**.
                Tous les bâtiments seront couplés à la base de données cadastrale, ce qui permettra notamment de pouvoir avoir des infos comme l'année de construction, la nature du bâtiment, le type d'énergie, etc...

En savoir plus sur le système "Level of Detail" (LOD)

Le format des données à intégrer dans le SIG qui est demandé est le CityGML, standard de modélisation et d'échange de données urbaines 3D.

Niveaux de LOD
Le CityGML spécifie 5 niveaux :

  • LOD0 : régional, représentation du terrain : une orthophoto ou une carte peut être drapée sur un modèle numérique de terrain, avec des données de niveau régional d’occupation des sols, d’hydrographie et de réseaux de transport.
  • LOD1 : vue urbaine. Les bâtiments sont modélisés sous forme de bloc à toits plats.
  • *LOD2 : quartier, projets. Les bâtiments sont modélisés avec leur structure de toit, et des surfaces délimitatives sémantiquement classifiées. Des objets de végétation, de mobilier urbain et de réseau de transport plus détaillés peuvent également être modélisés.
  • **LOD3 : modèle architectural (extérieur) et infrastructures ou objets urbains. Les structures détaillées des façades et des toits, p.e balcons, fenêtres sont modélisées, ainsi que les textures « haute résolution », les objets de végétation, de mobilier urbain et de réseau de transport détaillés.
  • LOD4 : modèle architectural (intérieur). Ce niveau a été conçu en cohérence avec la démarche BIM qui utilise le modèle IFC (standard permettant de modéliser les intérieurs et extérieurs de bâtiments). Le LOD 4 permet donc de décrire la géométrie intérieure d’un bâtiment, ainsi que les portes, escaliers …
     

Retour à la liste

Dernière mise à jour le 07/08/2017